Kaymakli Monastery Trabzon

Le monastère Kaymaklı ou Kaymakli Monastery, appelé encore le monastère du Saint-Sauveur, est un monastère apostolique arménien en ruine situé près de Trabzon, en Turquie. Il se situe au sommet de la colline de Boztepe, à trois kilomètres au sud-est de Trabzon. Le site surplombe la vallée Değirmendere, l’ancienne rivière des Pyxites, le long de laquelle passe la principale voie de commerce en Anatolie orientale.

Histoire de construction

Une communauté arménienne existait déjà à Trabzon dès le 7ème siècle. Au cours des invasions mongoles des XIIIe et XIVe siècles, de nombreuses familles arméniennes ont fui Ani. Cependant, la date exacte de la fondation du monastère reste incertaine. Une communauté religieuse était présente sur le site à partir du XVe siècle au moins et peut-être dès le 11e siècle.

La structure la plus ancienne de l’enceinte date de 1424. Selon une inscription au-dessus de la porte, elle a été construite par le prince Hodja Stephanos Shemsedli (Khoja Stepanos Shemsedin). En 1461, elle fut pillée et détruite par les Turcs. Au 16ème siècle, le monastère reconstruit est devenu un centre de production de manuscrits arméniens.

Il s’appelait Amenaprgič Vank en arménien, ce qui se traduit par « Monastère du Tout-Sauveur ». Le sultan ottoman Murad III aurait mangé au monastère un repas composé uniquement de produits laitiers. L’endroit a été appelé en turc Kaymaklı, qui signifie « avec / de kaymak », en souvenir de l’occasion. Auparavant, il s’appelait Yesil Manastir qui signifie « le monastère vert ».

Caractéristiques architecturales

Les bâtiments sont composés d’une seule chapelle avec une abside au milieu, un clocher au nord et une petite chapelle au sud-est et des cellules de monastère. Les structures du monastère ont été réparées à plusieurs reprises. Le site était une terrasse fermée par un mur de 30 x 40 m.

Le mur est maintenant presque complètement détruit.

L’église principale est de forme rectangulaire, avec trois nefs et trois absides. Le toit d’origine de l’église tombé en 1929 était en bois. En 1961, un toit de remplacement, également en bois, a été installé lorsque l’église a commencé à être utilisée comme étable. Il y avait un narthex ou zhamatun à l’extrémité ouest de l’église, mais il a complètement disparu.

L’intérieur de l’église est décoré de fresques élaborées montrant diverses scènes bibliques. Sur le mur ouest se trouve une grande fresque sur trois sections représentant le Jugement dernier. Au nord-ouest de l’église se trouvent les vestiges d’un clocher, autrefois une structure extrêmement haute. Au sud de l’église se trouvent les vestiges d’un édifice monastique de deux étages doté d’un portique avec des colonnes de pierre à l’étage inférieur.

(18)